La Liberté

Fribourg veut lutter contre les addictions chez les personnes âgées

Fribourg arrête sept mesures pour lutter contre les problèmes d’addiction chez les personnes âgées. Le plan d’action touche à la formation et au coaching du personnel soignant, à l’information et au lien entre les organisations.

Le plus souvent, l’alcool est en cause, mais également le tabac et les médicaments. © Keystone
Le plus souvent, l’alcool est en cause, mais également le tabac et les médicaments. © Keystone

ATS

Publié le 10.12.2021
Partager cet article sur:

Les mesures découlent des résultats d'une étude présentée vendredi à Fribourg par la conseillère d'Etat Anne-Claude Demierre, en charge de la santé et des affaires sociales. La situation montre que 11,6% des personnes de plus de 65 ans, au bénéfice d’une aide des soins à domicile ou résidant dans un EMS, souffrent d’une addiction sévère.

Le plus souvent, l’alcool est en cause, mais également le tabac et les médicaments, a indiqué la magistrate socialiste. Les personnes consommant des drogues illégales deviennent aussi de plus en plus âgées, avec des besoins propres. Les addictions ont des conséquences majeures, sur le plan social, comportemental et sanitaire.

Dans le canton de Fribourg, pas moins de 600 personnes âgées souffrant d’addictions nécessiteraient aujourd’hui une prise en charge conséquente et spécifique, dont plus d’un tiers un soutien intense. Avec l’âge, il est aussi démontré que la tolérance vis-à-vis de l’alcool ou des drogues diminue.

Situations lourdes

Il est donc important de renforcer les compétences spécifiques, estiment les services d'Anne-Claude Demierre. Il faut aussi accroître les collaborations entre les professionnels qui prennent en charge les personnes âgées, afin de détecter cas échéant le problème et de proposer une prise en charge adaptée.

Les institutions sont confrontées à de très lourdes situations, avec une hausse et une diversité des comportements addictifs. Un groupe de travail étudiera début 2022 l'opportunité de créer un lieu de vie ou une unité spécialisée incluant des soins spécifiques pour répondre aux besoins de la personne âgée souffrant d’addiction.

Les professionnels sont confrontés à des aspects éthiques et doivent réfléchir au positionnement à adopter vis-à-vis des comportements addictifs. "L’abstinence n’est pas la seule voie possible", a noté Anne-Claude Demierre. Renforcer les outils d’autogestion et l’aide à la gestion contrôlée représente un potentiel certain.

Retraite délicate

Le passage à la retraite est un moment-charnière pour la majorité des seniors dans la redéfinition de leur identité et de leurs rôles sociaux, dans le rythme de leur quotidien et de leurs loisirs ainsi que du sens attribué à leur vie. Une partie des dépendances constatées chez les seniors peut y être liée.

Les conduites de dépendance chez les personnes âgées sont moins aisément détectées que chez le reste de la population, notamment en raison d’un isolement social plus marqué. Les mesures arrêtées visent à améliorer la détection précoce par les soins à domicile et les réseaux de santé ainsi qu’à accroître l’information en général.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11