La Liberté

Corporalité rituelle

WallStreet présente les œuvres de Karin Borer et Monika Emmanuelle Kazi
 

L’idée  de l’équipe  curatoriale était  de combiner deux artistes qui ne se connaissaient pas.  © Alain Wicht
L’idée  de l’équipe  curatoriale était  de combiner deux artistes qui ne se connaissaient pas.  © Alain Wicht

Maxime Papaux

Publié le 07.10.2021

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Fribourg » L’exposition Blink interroge la construction rituelle du réel à travers les gestes, les sens et les objets. Les installations de Karin Borer et de Monika Emmanuelle Kazi s’y mêlent en évoquant les pratiques performatives telles que l’imposition des mains, l’hypnose ou l’illusionnisme. Ainsi, les œuvres évoquent autant qu’elles stimulent la dimension esthétique du rapport au monde de l’être humain.
L’actuelle équipe curatoriale de WallStreet, à Fribourg, a pour objectif de faire vivre l’espace d’art en développant une programmation collective, organique et intuitive réalisée par un groupe d’artistes.

Séducteur et trompeur

C’est dans cet esprit que Guillaume Baeriswyl, Margaux Huber, Remy Ugarte Vallejos et Angelina Yerly ont décidé de réunir Karin Borer et Monika Emmanuelle Kazi: «Nous sommes partis de l’envie de combiner dans la même salle deux artistes qui ne se connaissaient pas, mais qui se ressemblaient dans leur pratique installative et leur réflexion sur les mécanismes corporels», expliquent-ils. L’intitulé de l’exposition, Blink (clin d’œil), fait alors écho à l’ambiguïté symbolique du geste à la fois séducteur et trompeur.
Les travaux présentés par Karin Borer explorent l’art de modifier notre perception à travers la manipulation de nos sens et de notre esprit. Au mur, des photographies de spectacles d’hypnose reposent sur des parois de boîtes à tours de magie, tandis qu’à l’entrée de chacune des salles un œil métallique laisse s’échapper de sa rétine spiralée un fumet de valériane ou de houblon. La propriété sédative des deux plantes agit imperceptiblement sur les visiteurs devenant figurants d’un show périodiquement balayé par le flash d’un stroboscope. Au royaume des sens, les charmes semblent ici tout-puissants.
Dans la même pièce, les œuvres de Monika Emmanuelle Kazi abordent quant à elles le pouvoir des mains dans les rituels de bénédiction et de guérison. Des peintures sur textile représentent la pratique d’imposition des mains dans les églises de réveil africaines et se fondent dans un chaînon d’habits traduisant l’évanouissement des fidèles frappés par le Saint-Esprit. Aux murs, des miroirs gravés reflètent la silhouette des contemplateurs dans la gestuelle de magnétiseurs, tandis qu’une performance diffusée sur iPad évoque la purification du corps à travers les gestes énergétiques d’autoguérison. Le corps est ici le véhicule du sacré et témoigne du pouvoir du rituel (comme incarnation de la culture) sur notre rapport au monde sensible et suprasensible.
Par le médium artistique, l’exposition Blink illustre autant qu’elle nous fait faire l’expérience du rôle central de la corporalité et de la sensorialité dans notre perception et construction du réel tant physique que symbolique.
A l’occasion du finissage, le 13 novembre, l’offspace organisera Book Club, un événement lors duquel Karin Borer et Monika Emmanuelle Kazi présenteront divers ouvrages ayant inspiré leur création. Cet événement se tiendra dans l’espace modulable de WallStreet consacré depuis 2020 aux échanges et rencontres avec le public (conférences, talks, concerts, projections, etc).
> Jusqu’au 13 novembre
Di 13 h-19 h.
WallStreet, Varis 10/12, Fribourg.

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11