La Liberté

Une investiture sous haute tension

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Seules les personnes dûment accréditées seront autorisées à pénétrer dans la zone où, traditionnellement, se rassemblent par centaines de milliers les partisans du président élu pour assister à sa prestation de serment. © Keystone
Seules les personnes dûment accréditées seront autorisées à pénétrer dans la zone où, traditionnellement, se rassemblent par centaines de milliers les partisans du président élu pour assister à sa prestation de serment. © Keystone
Partager cet article sur:
16.01.2021

Entre le Covid-19 et le risque d’insurrection, la journée du 20 janvier s’annonce à haut risque à Washington

Eva Moysan

Etats-Unis » Les heures de Donald Trump à la Maison-Blanche sont comptées. Joe Biden doit le remplacer mercredi prochain au terme de la traditionnelle cérémonie d’investiture. Une tradition cette fois-ci ébranlée par la situation sanitaire et surtout sécuritaire aux Etats-Unis.

Depuis l’assaut du Capitole par une meute de trumpistes ultraviolents le 6 janvier, les forces de l’ordre sont en alerte. Pas question de revivre le même drame au moment de la prestation de serment du nouveau président. Le 20 janvier, premier jour de l’ère Biden, doit être un symbole de rupture avec son séditieux prédécesseur.

Diversité derrière le micro

Après des jours de suspense insoutenable, l’annonce est finalement tombée jeudi: ce sera Lady Gaga qui chantera l’hymne national. Un choix qui vient récompenser l’engagement de la musicienne de 34 ans en faveur du président élu. Elle était par exemple à ses côtés lors du dernier grand meeting de campagne, le 3 novembre. A la tribune comme sur ses

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00