La Liberté

La transpolaire, ultime folie de Staline

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
La «Voie morte» construite dans le nord de la Sibérie par des milliers de détenus du Goulag, dans des conditions souvent terribles et au prix de nombreuses victimes, a été investiguée cet été par un groupe d’étudiants romands et russes. © Uni Arctic/EPFL/DR
La «Voie morte» construite dans le nord de la Sibérie par des milliers de détenus du Goulag, dans des conditions souvent terribles et au prix de nombreuses victimes, a été investiguée cet été par un groupe d’étudiants romands et russes. © Uni Arctic/EPFL/DR
La transpolaire, ultime folie de Staline
La transpolaire, ultime folie de Staline
La transpolaire, ultime folie de Staline
La transpolaire, ultime folie de Staline
Partager cet article sur:
17.10.2019

Une mission russo-romande est allée sur les traces de la «Voie morte» construite par le Goulag en Sibérie

Pascal Fleury

Union soviétique » Ce pourrait être une métaphore du peuple russe, sans cesse déplacé, déporté, voué à une existence éphémère. Il y a 70 ans, Joseph Staline a chargé l’organisation du Goulag, qui dirigeait les camps de travail soviétiques, de construire une voie ferrée de 1000 km dans le Nord sibérien. Un projet jamais achevé, aussi titanesque que vain. Cet été, des étudiants romands et russes sont partis sur les traces de cette «Voie morte», dans la région du Yamal. Les explications de l’ingénieur civil Micaël Tille, enseignant à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et coresponsable de l’expédition.

Quelle était l’ambition du projet transpolaire de Staline?

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00