La Liberté

Quid d’une revue juridique?

L'initiative des sept étudiants à l'origine de «Quid?» a été accueillie avec plaisir par le corps professoral. © Matthieu Dinet-Sératzki
L'initiative des sept étudiants à l'origine de «Quid?» a été accueillie avec plaisir par le corps professoral. © Matthieu Dinet-Sératzki
L’initiative des sept étudiants à l’origine de «Quid?» a été accueillie avec plaisir par le corps professoral. © Matthieu Dinet-Sératzki
L’initiative des sept étudiants à l’origine de «Quid?» a été accueillie avec plaisir par le corps professoral. © Matthieu Dinet-Sératzki
Partager cet article sur:
04.07.2014

Page Jeunes - Coup de cœur • Lancée en avril à l’Université de Fribourg, la revue juridique «Quid?» est la première en son genre en Suisse.

Matthieu Dinet-Sératzki

«Quid Iuris»? Cet adage latin, utilisé chez les juristes, signifie «Quelles sont les conséquences juridiques?». Mais pour Barnabas Denes, 24 ans et étudiant en master en droit à l’Université de Fribourg, c’est bien plus. Paru pour la première fois en avril grâce à un comité composé de sept étudiants de cette faculté dont il fait partie, «Quid?» est le premier journal de son genre en Suisse, assure-t-il. C’est une revue juridique scientifique créée par des étudiants et pour des étudiants, sur tous les domaines du droit, et à tous les niveaux de l’université.

La première édition, distribuée à 1000 exemplaires, s’est révélée très satisfaisante pour le comité, pour le corps professoral ainsi que pour les étudiants qui y ont fait paraître un article. «Les professeurs Samantha Besson et Ramon Mabillard nous ont soutenus, nous faisant part de leurs conseils et recommandations et facilitant les relations avec l’Université, notamment. Le professeur Benoît Chappuis est également un membre parrain de l’association», poursuit Barnabas Denes. Par ailleurs, la Faculté de droit et diverses fondations associées comme la Fondation Peter Jäggi, par exemple, ont contribué au financement du projet. «L’initiative a été acceptée avec enthousiasme et le feed-back, venant de nos rédacteurs comme des professeurs, a été très positif», résume Barnabas Denes.

Et du côté des pigistes? Edouard de Weck, 30 ans, a publié un article de trois pages dans le «Quid?» d’avril à propos de la légalité de l’expulsion d’un membre de la zone euro. «La revue offre une possibilité unique en Suisse pour nous étudiants en droit de voir des travaux rédigés dans le cadre de nos études publiés et lus par une plus large audience. Cela nous permet entre autres de varier les activités au cours de nos études.» Pour le rédacteur, la publication d’un texte argumenté est aussi très importante dans la formation juridique: «Il est très motivant de constater qu’on a pu susciter de l’intérêt ou même provoquer un débat sur des questions dépassant le strict cadre de nos études.»

Si la première parution s’est révélée satisfaisante, il sera fondamental de faire perdurer la revue au fil des années. «Nous espérons que le journal subsistera tout en gagnant en qualité et en réputation, et que les étudiants continueront à y publier leurs travaux», conclut Barnabas Denes.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00