La Liberté

L’orfèvre des cours d’eau se révèle

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Le castor reste victime des routes, comme celui-ci. Pascal Balmer, ganté car l’animal peut porter des maladies, montre l’ongle double lui permettant de se peigner ou les incisives.
Le castor reste victime des routes, comme celui-ci. Pascal Balmer, ganté car l’animal peut porter des maladies, montre l’ongle double lui permettant de se peigner ou les incisives.
Partager cet article sur:
02.07.2021

Un couple de castors a élu domicile dans le ruisseau de la Crausa, entre Courtepin et Cournillens. Reportage

Nicole Rüttimann

Faune » Blotti dans un écrin de verdure, le ruisseau de la Crausa, qui s’écoule de Cournillens en direction du lac de Schiffenen via Courtepin, se transforme en une paisible gouille brunie par les pluies. A peine si l’on entend le clapotis de l’eau s’échappant d’un seuil de branchages… «Thara, retour!» L’appel fend l’air, troublant les chants d’oiseaux. La chienne du garde-faune Pascal Balmer, qui s’intéressait aux canards, revient au pied, penaude. Mais la star du jour n’aura pas été inquiétée par Thara. Si elle reste invisible, active d’ailleurs la nuit, plusieurs signes trahissent sa présence: arbres tombés, tronc rongé et surtout barrages… sont bien l’œuvre du castor, juste arrivé.

«Un couple s’est installé l’hiver passé. Avec de la chance, il y

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00