La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

La Suisse ne paiera pas en roubles

Inclue dans les pays «inamicaux» par Poutine, la Suisse va être touchée par les tensions sur le marché

Une partie de l’industrie des machines pourrait substituer le gaz naturel par du mazout extraléger. © Keystone
Une partie de l’industrie des machines pourrait substituer le gaz naturel par du mazout extraléger. © Keystone

Pierre-André Sieber avec Yves Genier et Guillaume Chillier

Publié le 02.04.2022

Temps de lecture estimé : 4 minutes

Partager cet article sur:

Energie » Le président russe Vladimir Poutine l’a confirmé lors d’une allocution qui a jeté un froid supplémentaire dans nos rapports avec la Russie: depuis hier, le gaz tiré de son sous-sol est payé en roubles par les pays jugés «inamicaux». La France a aussitôt rétorqué qu’elle ne se soumettrait pas à ce chantage. Associée aux sanctions de l’Union européenne (UE), la Suisse fait également partie de cette catégorie des mal-aimés du Kremlin.

Mais est-elle vraiment concernée par cette procédure de rétorsion? «La mesure prise par la Russie n’a pas de conséquences directes pour la Suisse», explique Thomas Hegglin, chef de la communication de Gazenergie.ch, association suisse de l’énergie gazière qui comprend 90 entreprises. Pas une molécule de gaz n&rsq

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11