La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Quatre jours, ça suffit!

Les tests de réduction des jours de travail se multiplient. Pour la grande joie des personnes concernées

L’équipe de Philipp Albrecht (deuxième depuis la droite), qui cuisine pour le restaurant du Park Hotel à Winterthour, applaudit la semaine de quatre jours. Après un test en décembre, le modèle devient définitif. © DR
L’équipe de Philipp Albrecht (deuxième depuis la droite), qui cuisine pour le restaurant du Park Hotel à Winterthour, applaudit la semaine de quatre jours. Après un test en décembre, le modèle devient définitif. © DR

Ariane Gigon, Zurich

Publié le 10.02.2022

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Travail » Gastronomie, graphisme, informatique, PME et même un hôpital: les exemples d’entreprises ayant décidé de passer à la semaine de quatre jours se multiplient en Suisse alémanique. Certaines rallongent les journées de travail, d’autres passent aux 36 heures, même si, dans un premier temps, l’investissement pèse sur le budget. Toutes sont convaincues que la productivité, à moyen terme, va augmenter. Le personnel applaudit.

Après des multinationales comme Panasonic ou Unilever, après des Etats comme l’Islande ou la Nouvelle-Zélande, de nombreux acteurs de l’économie suisse s’y mettent: ils testent la semaine de quatre jours sans toucher au salaire. «Evoquer quatre jours, sans autre précision, ne veut rien dire», fait d’emblée remarquer Blaise Matthey, directeur général de la F&eac

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11